CGT Belfort
Parce que l'actualité sociale évolue vite

Retrouvez dès maintenant l'UD de Belfort sur

     


merci de votre visite
Total : 46618
Aujourd'hui : 6
En ce moment : 1

Bienvenue
Rassemblement du 5/12/17 
 
UNION SYNDICALE DEPARTEMENTALE DE LA SANTE ET DE L'ACTION SOCIALE DU TERRITOIRE DE BELFORT
 
Public-Privé
 
Même combat !
 
Que l'on travaille dans une maison de retraite, dans un EHPAD, à Domicile, un SSR,
 
une clinique, un hôpital, le constat es flagrant : Nous manquons de
 
moyens en personnels et en matériels !
 

TEMOIGNAGE D'UNE INFIRMIERE EN EHPAD

 

Je suis infirmière coordinatrice d’un EHPAD du Territoire de Belfort, en arrêt pour burn-out.

Nous souhaitons lancer un cri d’alarme, un cri de colère, de nos professions de santé, de désespoir  face à nos conditions de travail et de prise en charge des patients qui ne sont plus de qualités.

Les conditions d’accueil et de prise en charge de nos résidents ont décliné au profit du quantitatif et du rendement.

Nous n’en pouvons plus ! Nous sommes à bout et nous voulons crier publiquement ce malaise, cette colère, cette dérive, ce désarroi qui existe aussi dans le Territoire de Belfort.

Nous disons : STOP AUX SOINS ET AUX PRISES EN CHARGE AU RABAIS !!

Notre quotidien de travail est devenu inacceptable pour les usagers et pour nous tous, soignants. Les directions, informées, font l’autruche et nous nous sentons seuls.

Il n’y a plus de respect de la personne soignée dans sa globalité.

Nous n’en sommes pas au premier cri d’alerte, nous alertons depuis plusieurs années la population par le biais de la presse notamment.

Il existe quotidiennement un phénomène de raz le bol chez les soignants qui font leur maximum et qui ne peuvent pas aller au-delà par faute de temps et de moyens.

Les familles aussi, les patients, les résidents ne sont plus satisfaits des soins apportés. Sans compter les résidents très âgés qui subissent cette dégradation de leur prise en charge, leur soin, leur accueil, et qui ne peuvent ou pas s’exprimer.

Actuellement, les personnes qui entrent en institution, sont des personnes d’un grand âge, avec des pathologies plus lourdes et plus dépendantes.

Ces personnes ont besoin de temps, du temps pour les soins, de temps pour tous les gestes de la vie quotidienne et nous n’avons plus le temps de tout faire !

Nous effectuons tous les soins mais dans des conditions inacceptables, c'est-à-dire bâclés, plus de temps pour le relationnel, des toilettes enchainées les unes après les autres, voire des toilettes (visage-petite toilette-main) suppression des douches, des bains qu’on ne fait plus depuis des années malgré les équipements adéquats.

Des repas donnés « au lance pierre » avec une soignante pour 6 à 8 personnes à donner dans un temps restreint.

Il n’y a plus de dignité humaine !

Il n’est pas digne d’exercer de cette manière là !

Les salariés sont en arrêt pour burn-out. D’autres démissionnent, certains se réorientent car ils n’acceptent plus de travailler inhumainement.

Nous avons choisi ce métier par amour, par vocation avec des valeurs qui rendaient notre travail honorable. Maintenant nous avons honte de travailler dans ces conditions et de cette manière.

Nous sommes avec des êtres humains, nous sommes humains, nous ne travaillons pas à la chaine en usine avec des pièces.

Nous ne sommes pas insensibles à ces dérives.

C’est une souffrance quotidienne que nous vivons au travail.

Oui nous souffrons, car nous nous apercevons en plus de la manière dont nous sommes obligés de travailler par manque de moyens, de personnel, de temps mais aussi d’écoute de nos directions.

Nous sommes formés à l’humanitude, à la bienveillance, à des soins de qualité et nous sommes renvoyés face à cette situation que nous prenons en pleine face.

Les patients, les personnes âgées, les résidents, ce sont nos familles, nos grands-parents, nos parents, nous dans l’avenir, et voire même dans le présent.

La gériatrie est un monde magnifique où il y a des choses à mettre en place et à faire, pour des soins, des accueils, des prises en charge de qualité. C’est un secteur qui doit évoluer. Les personnes âgées sont nos racines, notre histoire, la sagesse et nous leur devons le respect et des soins dignes et de qualités.

 
Résultat de recherche d\\\\\\\'images pour
 
UNION SYNDICALE DEPARTEMENTALE DE LA SANTE ET DE L'ACTION SOCIALE DU TERRITOIRE DE BELFORT
 
Public-Privé
 
Même combat !
 
Que l'on travaille dans une maison de retraite, dans un EHPAD, à Domicile, un SSR,
 
une clinique, un hôpital, le constat es flagrant : Nous manquons de
 
moyens en personnels et en matériels !
 
Les politiques d'austérité de santé mises en place depuis plus de 30 ans ont pour conséquence des restrictions budgétaires et ce, malgré un prix de journée en constante augmentation pour les usagers dans les établissements publics et privés.
 
La financiarisation de la santé et de l'action sociale conduit à la diminution des effectifs et à l'amputation des budgets de fonctionnement. Ces politiques d'économie aggravent les conditions de travail et la qualité des soins et rend ainsi l'accès aux soins de plus en plus difficile pour un grand nombre de patients.
 
La souffrance au travail, les inquiétudes, le mal-être, la perte du sens du travail engendrent abstéisme, maladies physiques et psychiques pouvant aller de la dépression au suicide.
 
Ce système austaire imposé, malgré le professionalisme des salariés, les met en danger tout comme les patients et leur famille.
 
 
Nous appelons les personnels et les usagers à
 
venir participer au rassemblement mardi 5 décembre
 
à partir de 15h00 devant la préfecture du
 
Territoire de Belfort, pour exiger plus de moyens
 
matériel, des embauches, dans nos établissements et
 
mettre fin aux économies qui détruisent notre système de
 
soins, et l'accès aux soins de bonnes qualités pour tous et
 
toutes.
 
 
 
 
 
_______________________________________________________________________________
 
 
Les Amis de l'Emancipation Sociale, les Amis du Monde Diplomatique Nord Franche-Comté et la CGT vous invitent à une soirée-débat
 
 
 
Vendredi 1er décembre 2017
 
Belfort-Maison du Peuple (salle 327) à 20h
 
Alstom,
 
Dernière liquidation de l'industrie française ?
 
Projection du documentaire
 
"Guerre Fantôme, la vente d'Alstom à General Electric"
 
suivi d'un débat en présence de 
 
Alexandre LERAITRE- coréalisateur du film avec David Gendreau
Jean-Michel QUATREPOINT-journaliste, autour de "Alstom, scandale d'Etat"
Gérard DENEUX- président des AES
Baptiste PETITJEAN-directeur de la fondation Res Publica
 
 
On a assisté à l'absorption d'Alstom Energie par l'étatsunien General Electric suite, pour partie, aux pressions de la justice américaine. Les promesses de création de 1000 emplois n'ont pas été tenues. On a assisté à l'introduction de Bouygues au capital restant d'Alstom, le rapace français encaissant 1.8 milliard de dividendes, et espère revendre aujourd'hui ses actions à hauteur de 4 milliards. Car le démantèlment continue : Siemens, majoritaire en capital, est en voie d'absorber entrièrement Alstom Transport. Pillage du savoir-faire accumulé des travailleurs-ses avant de possibles délocalisations. Processus de dépeçage de cet empire industriel français, c'est ce que nous décrivent Alexange Leraître et Jean-Michel Quatrepoint : un véritable scandale d'Etat dans lequel Sarkozy, Hollande puis Macron ont été complices.
 
Venez en débattre. Alstom c'est notre affaire à tous. Mobilisons-nous.
Entrée Gratuite. Contact AES/AMD : aesfc@orange.fr 03.84.30.35.73
 
 
 
______________________________________________________________________________________
 
 
 
 
Conférence débat à l'initiative de la CGT et de l'Association l'Atelier
 
"AVEC LES ANCIENS, ON FAIT COMMENT ?"
 
Derrière cette question, il existe une réalité, notamment celle des maisons de retraite aujourd’hui, et des interrogations pour l’avenir : l’aide à domicile, le statut des aidants familiaux, l’accueil en EHPAD et son financement, l’accompagnement des personnes en fin de vie …
 
avec la participation
 
Anne-Sophie PELLETIER, animatrice de la grève des Opalines de Foucherans.
Caroline FIAT, députée, membre de la mission d’enquête parlementaire sur les EHPAD.
Christophe PRUDHOMME, porte-parole de l’AMUF Association des médecins urgentistes de France.
 
Jeudi 30 novembre à 20H15
 
Foyer municipal d’Audincourt
 
(place du marché)
 
Entrée libre
 
 
 
 
_________________________________________________________________________________________
 
 
 
 
Stop à la casse de l’emploi et de
 
l’industrie
 
Ce n’est pas un mariage !
 
Appel des syndicats Alstom/GE CGT, CFDT, CFE-CGC, FO, soutenus par l'UD CGT
 
Alstom est un secteur essentiel pour la transition écologique.
En se retirant d’Alstom au profit des actionnaires, l’Etat renie les engagements qu’il avait pris au moment de la vente du secteur énergie d’Alstom à GE, à savoir devenir actionnaire de référence pour garantir le maintien des emplois sur Alstom. Pour que les actionnaires adhèrent au projet, il est prévu de leur verser près de 2 milliards d’euros de dividendes et primes de contrôle.
Si cette opération d’absorption allait à son terme, avec la cession précédente de la branche Énergie d’Alstom à GE, ce sont au total plus de 5 milliards d’euros de superdividendes qu’ALSTOM aura versés aux actionnaires ! Soit l’équivalent de plus de 21 années de budget de R&D d’ALSTOM !
 
Mobilisons nous :
Pour que la direction et l’Etat confirment les commandes qui étaient actées suite à l’accord du 4 Octobre 2016,
 Pour l’avenir de la partie nucléaire (Ex Alstom) PAC et Renouvelable avec la sauvegarde des emplois menacés à Grenoble et Belfort,
 Pour l’avenir du site industriel Alstom Belfort,
 Pour préserver l’emploi en cas d’absorption d’Alstom par Siemens,
 Pour l’arrêt de la casse des droits des salariés (Loi anti sociale XXL)
 
Appel à la grève et au rassemblement
 
le 30 novembre 2017 à 10h00 porte des 3 chênes
 
L’industrie ne doit pas être bradée de façon irresponsable et en dehors de toute logique de développement et des réponses aux besoins environnementaux et humains d’avenir. Avec les salarié-e-s et les citoyen-ne-s et dans l’intérêt général de la population, nous exigeons l’abandon du projet et la réorientation des 1,8 milliards d’euros prévus aux actionnaires dans cette opération vers l’investissement productif, l’innovation et l’emploi.
Rappelons-nous des belles promesses de l’Etat/GE/Alstom pour l’emploi !
 
 
 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

NON! Les ordonnances MACRON ne sont pas derrière nous!

-----------------------------------------------------------------

 

L'heure est plus que jamais à l'action!

Téléchargez ICI la fiche Avant / Après les ordonnances.pdf 

Retrouvez d'autres tracts contre la Loi XXL dans la rubrique Publications & tracts

 

 




Flux RSS la cgt communique
www.cgt.fr

lire tous les communiqués
sur www.cgt.fr

Flux RSS dépêches
www.cgt.fr

lire toutes les dépêches sur www.cgt.fr

Nos derniers articles sur cgt-belfort.fr

Rubrique Dossier du moment :
  • Absorption Alstom par Siemens
  • Voir l'article
    cgt-belfort.fr       cgt90.fr       Mentions Légales       Espace Gestion